Actualité du REC

Régate Saint-Malo
Écrit par François V   
Mardi, 26 Avril 2016 21:33

Dimanche 17 Avril, tout le monde est là de bonne heure et de bonne humeur. Le convoi est attelé et peut enfin partir direction Saint Malo. Au bout de...100 m, la voiture de tête, une ZX s’arrête, on craint le pire : déjà la panne ? Non juste des vérifications de rigueurs après avoir entendu la yole se balancer, une sangle à resserrer et le tour est joué.

Arrivés tout juste à l’heure pour que les référents assistent au briefing, nous autres préparons les yoles, sous le soleil malouin.

Après analyse du parcours (2 tours de 4km avec un long bord face au vent, un bord de travers et un bord de surf), qui apparaît très calme au grand soulagement de certains qui ont gardé des souvenirs mitigés de dernières manches en ces terres malouines, il est l’heure d’aller se restaurer sous ce beau panorama au pied de la tour Solidor. Petite digestion en regardant les courses juniors et féminines se disputer. C’est alors que le vent choisit de se lever et de changer totalement le paysage et le plan d’eau. Nous qui nous préparions psychologiquement à une manche plate, nous nous retrouvons sous un beau vent et une mer belle voir agitée.

Il est désormais l’heure pour les équipages d’aller sur l’eau pour s’échauffer et prendre connaissance du terrain de jeu. Après quelques bords les équipages sont prêts et les 4 barrés sont tous alignés sur la ligne de départ. Tous, non, des irrésistibles Rennais se baladent quelque part en arrière et prendront un retard difficile à rattraper et finissent neuvièmes.

DSC_0422

Le deuxième 4 lui demeurera à la lutte pour la première place pendant les 2 tours et prendra finalement la deuxième place.

 

DSC_0394

 

Quelques minutes après le départ des 4 est donné le départ de la manche des doubles et des solos. Après la rencontre avec des dauphins pour certains, le premier double du REC finit à la 5ème place et le deuxième finit à la 7ème place.

C’est quelque peu humides, sous un soleil se masquant derrière les nuages et pressés par une marée très haute que l’on s’affaire tous au démontage des bateaux et à un retour bien silencieux dans les voiture, usés par cette belle journée malouine.